SOUVENT ASSIMILÉE À DE SIMPLES TECHNIQUES DE RELAXATION, ELLE VA BIEN AU-DELÀ

Discipline du domaine des sciences humaines, elle a été créée en 1960 par le neuropsychiatre espagnol Alfonso Caycedo.

Elle se caractérise avant tout par une pratique associant le corps et le mental.

Sa pratique permet à tout individu de développer sa connaissance de soi au quotidien, ainsi que ses capacités d’adaptation, d’action et d’évolution dans un objectif d’épanouissement et de bien être.

La sophrologie utilise une méthodologie originale regroupant un ensemble de techniques spécifiques et une pédagogie visant à l’autonomisation.

Elle s’est tout d’abord développée dans le milieu médical pour s’étendre ensuite aux domaines du sport, de l’entreprise, du développement personnel, du social et de l’éducation.


LA SOPHROLOGIE, POURQUOI FAIRE ?

⇒ Développer sa vitalité
⇒ Retrouver er son stress
⇒ Gérer ses émotions
⇒ Développer sa concentration
⇒ Développer sa confiance en soi
⇒ Retrouver un meilleur sommeil
⇒ Gérer son poids

⇒ Accompagner un changement de vie
⇒ Préparer un événement : examen, concours, entretien, opération
⇒ Préparer une naissance
⇒ Devenir parents
⇒ Gérer la douleur
⇒ Accompagner la guérison
⇒ Arrêter de fumer 


QUELQUES IDÉES REÇUES

La sophrologie ça n’est pas :

Une simple boîte à outils de techniques permettant de se détendre, de gérer son stress, etc. La sophrologie est une démarche à travers laquelle chacun va pouvoir mieux se connaître et mobiliser ses capacités de bien-être, d’adaptation et d’évolution. Cette démarche est aussi importante que les techniques elles-mêmes.

Une méthode de relaxation : même si la capacité de détente et de récupération est souvent travaillée en sophrologie, la relaxation n’est pas une fin en soi. L’objectif est même, au bout d’un certain temps, de ne plus avoir besoin de se détendre.

De l’hypnose : il n’y a aucune suggestion inductive de la part d’un sophrologue, la sophrologie développe au contraire l’autonomie et la participation active.

Une sorte de yoga : même si le corps occupe une place centrale dans la démarche, il n’y a ni posture obligatoire, ni croyance, ni philosophie.

De l’autosuggestion : la sophrologie développe la connaissance de soi et les capacités d’adaptation et d’action ; il ne s’agit en aucun cas de voir la vie en rose ou de s’auto-suggérer que tout va bien ou mieux.

Une méthode « magique » : ni au niveau des techniques qui s’appuient sur la recherche scientifique, ni dans la pratique qui est un entraînement volontaire et méthodique.

Une psychothérapie : sauf s’il est aussi un professionnel qualifié, un sophrologue n’est pas habilité et formé pour diagnostiquer et prendre en charge des troubles entrant dans le cadre des psychopathologies. Un sophrologue ne cherche pas à interpréter des symptômes, des ressentis, des vécus ; il ne s’intéresse pas à l’inconscient et ne cherche pas, par exemple, à faire remonter des expériences vécues refoulées. Un sophrologue pourra, en revanche, intervenir de manière très bénéfique en complément et souvent en collaboration avec un médecin, un psychologue ou un psychothérapeute.


DÉROULEMENT D’UNE SÉANCE


SÉANCES INDIVIDUELLES

OU SÉANCES DE GROUPE ?

DES TECHNIQUES AU SERVICE

DE LA CONNAISSANCE DE SOI

POUR MIEUX S’ADAPTER